Malgré l'absence des U19 et de Fabien Chapoutot, les Verts ont parfaitement géré ce derby en intégrant des anciens qui revenaient de blessure : Thierry Collette absent depuis plus d'un mois, Olivier Paget qui n'avait pas joué depuis décembre et Vincent Chapoutot qui n'avait pas foulé de terrain depuis septembre, mais également en intégrant pour la première fois de la saison Bastien Jacquemard et Paul Cellérier.


Surprise de dernière minute avec la titularisation du presque toujours aussi jeune président, Jean-Philippe Mussillon et une entrée sur le terrain dans une ambiance très détendue.



Les Verts réalisent une entame de match parfaite : dominateurs et incisifs grâce notamment au duo Stéphane Schaeffer-Bertrand Dallavalle en milieu de terrain. Ils prennent l'avantage sur corner grâce à une tête de Stéphane Schaeffer qui saute plus haut que tout le monde au 2e poteau. Quelques minutes plus tard, c'est une reprise de Jean-Ba Dugois sur une action d'école qui double le score. Au quart d'heure de jeu, Stéphane Schaeffer, encore lui, récupère un ballon dans les pieds visiteurs et s'efface devant Cédric Darnaud qui enroule parfaitement sa frappe pour le 3-0.



Les visiteurs sont KO debout. Ils tentent cependant de réagir mais sans se créer de véritable occasion, la défense, avec un Gwen Maraux des grands jours, prenant le dessus sur les attaquants visiteurs.



Les locaux ne se contentent pas du score et essaient de jouer vite pour mettre la défense adverse en difficulté.



La 2e mi-temps débute avec un pénalty pour les locaux, remarquablement transformé par Vincent Chapoutot, rentré pour l'occasion après 8 mois d'absence. Mais Aiglepierre n'abdique pas et obtient à son tour un pénalty. Celui-ci donne l'occasion à Fabrice Nicod de se mettre en évidence en repoussant la puissante frappe de son ancien coéquipier. Le vent se lève et les visiteurs en profite pour mettre la pression sur la défense locale mais sans résultat. Le jeu est plus décousu.


Ce sont finalement les Verts qui clôturent le score grâce à un autre ancien Alperri, Thierry Collette, qui lobe la gardien adverse à la dernière minute de jeu.



Le vestiaire des locaux a longtemps raisonné des cris de joie célébrant cette victoire mais surtout la montée en première division.


Cette montée est le résultat d'un excellent parcours : 14 victoires, 5 nuls et 1 seule défaite, avec l'attaque la plus proléfique (55 buts) et la meilleure défense (seulement 15 buts encaissés). L'intégration des jeunes a été une réussite et donne le ton pour les années à venir.